Nombre total de pages vues

mercredi 1 juin 2011

LA CALIFORNIE – MAI/JUIN 2011 – JOURS 1, 2 ET 3 : LAX-SAN DIEGO = 290 KM

L’itinéraire ci-dessous est celui que nous avons réellement fait. Celui prévu devait nous emmener jusqu’à la frontière de l’Oregon après avoir franchi la Sierra Nevada dans le Parc National Yosemite. Il nous aurait conduits à Lake Tahoe, Reno, Lassen Volcanic NP, Lava Beds NM et Mt Shasta.
Quand nous partons fin mai, les routes qui y mènent sont fermées en raison de la hauteur de neige encore présente et de la succession de nouvelles chutes.



Un vol Paris-Los Angeles banal, à peine pimenté par la frousse de ne pas retrouver nos valises à l’arrivée à cause d’une grève inopinée des bagagistes à Paris. Aucun problème cependant.



Notre motel TRAVELODGE étant celui proche de l’aéroport, nous décidons de récupérer la voiture de location immédiatement. Nous optons pour une compacte Nissan Versa confortable, au coffre immense mais très bas de gamme. Même pas le verrouillage centralisé des portes. A part la boîte de vitesse, tout est manuel !



Le temps est gris ce matin. La température n’excède pas 16°. Après une bonne nuit nous prenons la route pour le sud. 



Nous stoppons à OCEANSIDE pour faire le plein de documentation sur la Californie et celui de notre rituelle glacière achetée au Walmart du coin.


SAN DIEGO

Nous trouvons aisément un DAYS INN à Mission Valley, confortable et pas cher (avec coupon) pour deux jours.

USS MIDWAY 

Cette ville flottante labyrinthique de plus de 4.000 âmes a pris sa retraite dans la baie.
Tout se visite depuis les entrailles avec ses machines, jusqu’à la passerelle, la tour de contrôle, la salle de briefing, la « suite » des officiers, les cuisines, le bureau de poste, la chapelle, la blanchisserie et les entrepôts de nourriture et d’uniformes... Et même la prison !







Sur le pont principal qui sert de piste d’envol et d’atterrissage, une quarantaine d’avions militaires de toutes sortes, les ailes repliées ainsi que quelques d’hélicoptères sont posés dans l’attente d’une improbable mission.




Les explications sont délivrées (en anglais, espagnol et japonais) par un audio-guide et complétées par des vétérans bénévoles qui parlent de leur porte-avion avec passion.
Comptez 4 heures sachant que le musée ferme à 17 h.


OLD SAN DIEGO STATE HISTORIC PARK 




Quelques bâtisses anciennes transformées en boutiques d’artisanat de toutes sortes autour de patios fleuris où quelques mariachis jouent des airs… pas du tout locaux !



Un bon endroit pour terminer la journée et se restaurer à la sauce mexicaine.
Une adresse qui a du succès semble-t-il par la queue impressionnante devant l’établissement : « CAFE COYOTE » quand vient l'heure du dîner.




SEAWORLD

Ouverture à 10 h avec le lever des couleurs sur fond d’hymne national repris par les visiteurs la main sur le cœur dans un élan patriotique typiquement américain…


Voici bien longtemps que nous n’avons pas visité de parc aquatique marin, pas même lors de notre dernier séjour en Floride excepté le « Dolphin Research Center » qui n’est pas un parc d’attraction au plein sens du terme.


Celui de San Diego en bordure de Mission Bay est l’un de mes favoris. Nous n’y étions pas retournés depuis 1979, c’est dire si les attractions ont eu le temps d’évoluer. Outre les expositions et divers aquariums, les spectacles sont de plus en plus grandioses.



Un seul a perdu en beauté, celui des orques. Depuis l’accident qui coûta la vie à une dresseuse en Floride, il est interdit de nager avec elles. Alors à part quelques cabrioles, le seul spectacle qu’elles nous donnent désormais est celui d’énormes « splashes » qu’elles font avec de plus en plus d’ardeur jusqu’à arroser non plus 5 comme avant, mais 16 rangées de spectateurs !



4 commentaires:

Laëtitia a dit…

Bonjour la bricole!

Je me permets juste une petite remarque sur Sea World, que je déteste, comme beaucoup d'autres gens qui tentent de faire fermer au moins les attractions comprenant des spectacles. En fait, il y a eu plus de 20 orques décédées dans un âge avancé, dans les parcs Sea world depuis 1986. Celui de San Diego a connu deux accidents en 2010: la mort d'un entraineur, noyé par une orque, et la mort de deux orques: une maman qui mettait son bébé au monde ( les femelles sont inséminées artificiellement ) et les deux sont morts. Il aurait peut-être fallu ( un autre jour? ) visiter les magnifiques zoo et wild animal park de San Diego, qui possèdent des animaux dont il ne reste parfois que quelques spécimens au monde. J'ai eu la chance de voir des bébés girafes, éléphants et surtout rhinocéros, ce qui valait bien plus le déplacement que les pauvres dauphins qui sautent dans une mare chlorée... Autre endroit magique pour interagir avec des animaux rares: l'aquarium du Pacific de Long Beach, dont j'ai du mal à me lasser.

la-bricole a dit…

Merci Laëtitia pour ton commentaire très pertinent. J'ai la naïveté de penser que les dauphins ne font rien de plus que ce que je les ai vu faire dans leur milieu naturel : s'amuser ! Sauf qu'ici c'est sur commande évidement...
Quant au zoo ou au parc animalier, y montrer des animaux en captivité me parait tout aussi dérangeant et peut-être encore plus lorsqu'il s'agit d'espèces rares ou en voie d'extinction dont la reproduction en captivité est encore plus aléatoire.
Ceci dit, créer quelques parcs me paraît plus sains pour satisfaire la curiosité humaine que de lâcher les mêmes bipèdes en pleine nature et les voir nourrir la faune locale de chips, pâtisseries et autres.

Laëtitia a dit…

Bonjour! Désolée, je reviens tard... Des fois je perds le fil de mes visites virtuelles!

Le zoo de san diego et le plus grand du monde, et lorsqu'on le visite, on a plutôt l'impression de parcourir la savane qu'un zoo!
Je comprends qu'on puisse ne pas aimer les zoos ( mon mari les déteste ), mais lorsque l'ont sait les efforts déployés pour sauver des espèces en danger, les échanges entre zoos pour diversifier les patrimoines génétiques d'animaux proches de l'extinction, et justement comme je le disais, de voir des bébés ( ce qui prouve que les animaux se sentent bien ), on comprend rapidement l'intérêt de ces parcs, qui sont plus que des zoos. On peut y voir, malheureusement, des animaux qui font partie des derniers de leur règne, et qui attendent sagement la mort, trop vieux pour tenter de se reproduire. Il y a aussi des programmes de sauvetage, surtout pour les oiseaux, comme l'aigle royal, qui est pourtant le symbole des Etats Unis.
Je ne crois pas que les dauphins sautent naturellement dans des cerceaux et s'amusent toute la journée. Leur sourire n'est qu'apparent. Je préfère les voir dans la mer quand je suis a la plage, c'est même plus agréable d'en avoir la surprise!

la-bricole a dit…

Désolée de te contredire à nouveau ! L'aigle royal n'est pas le symbole des USA. C'est le pygargue à tête blanche (bald eagle en anglais), un oiseau au plumage bien différent et qu'on voit beaucoup en Alaska. L'un comme l'autre sont protégés mais pas du tout en voie d'extinction, le programme de sauvegarde fonctionnant bien.
Pour te rassurer, je rentre tout à l'heure d'un nouveau voyage d'un mois aux USA et je n'ai été voir ni zoo ni parcs animaliers d'aucune sorte !